AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello petit Invité, tu sais quoi ? J.C est tout nouveau ! Il cherche du petit peuple !
→ Veuillez privilégier les prédéfinis ! Merci ! (2o.o5.11)

Partagez | 
 

 - On veille tards [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Moi, je suis Invité.



MessageSujet: - On veille tards [Libre]   Sam 23 Oct - 18:57

Chapitre I - '' On veille tards ''
Pv Eliade Maes & ....

    Une sonnerie qui ne lui était pas inconnu. C'était celle de son portable, vibrant dans la poche de son jean en même temps que de faire sonner une petite chanson très entrainante pour enfant de 5 ans. Sous son long manteau blanc, qu'il c'était soigneusement mit sur lui non pas pour sortir mais pour s'en servir comme couverture chaude, utile pour dormir sans avoir froid, Jayce se mit à grommeler. Il ne désirait qu'une chose c'est encore dormir, et même si en ce moment même il se trouvait dans la salle de réunion du conseil de gestion. Cet endroit? Juste un endroit qui ne servait qu'à papoter avec les autres du conseil ou encore un endroit pour s'endormir paisiblement sans être (ou presque) dérangé. En tout les cas, aujourd'hui, Jayce c'était servi de cette salle non pas pour faire son travail en tant que conseiller de gestion, mais plutôt pour prendre son long manteau blanc dont devait porter les autres du conseil et dormir dans un canapé qu'il avait soigneusement prit dans la salle d'attente, le trainant jusqu'à la salle de réunion. Jay est un flemmard, il avait prévu le coup si jamais le travail qu'on lui donnait, ou du moins la ''patronne'', était trop crevant pour lui.
    Sauf que ce soir là, il avait enfin terminé les dernières petites choses à faire, celles-ci n'étant pas très nombreuses et longues à terminer.Tandis que la moitié du travail avait été mit à la corbeille dès que cela commençait à chauffer les nerfs du jeune homme: en clair, tout le temps. La fatigue lui était montée à la tête, il ressentait comme un besoin ultime de s'endormir sur ce ravissant petit canapé sois-disant volé selon les membres du conseil, mais plutôt emprunté selon lui. S'étant levé de sa chaise et après avoir dit bonne nuit au peu de gens qui était resté dans la salle pour travailler au lieu d'aller ailleurs, il fit le geste du plongeur qui se prépare à sauter du plongeoir en se mettant sur la table, écrasant presque les feuilles qu'il avait fini de remplir et qu'il était censé rendre à Rin le soir. Plouf ! La tête la première dans la matière en cuir du canapé, il prit soigneusement sa couverture (en clair son manteau blanc) et le mit sur lui, fermant les yeux, de dos aux autres. Les premiers ronflements arrivèrent plus vite qu'on ne le crut.
    Réveil en sursaut ! Jayce avait enfin réussi à prendre son téléphone dans sa poche, sans bouger du tout de sa place, juste en poussant sa main vers sa poche pour extirpé avec beaucoup de mal le portable. Seulement, il finit par faire un bond en voyant l'heure s'afficher sur son écran: Minuit cinq. C'est bon, le couvre-feu était déjà annoncé. En clair, il devra resté dans la Tour jusqu'à demain. Sauf s'il faisait comme la dernière fois et partait à l'improviste pour se rendre chez lui: Autant dire qu'il fut très vite repéré par l'un des membres du comité der sécurité. Heureusement qu'il était un membre du conseil, sinon il aurait surement était tué, trucidé, lapidé, écorché, éventré, bref.. Autant dire qu'il évitait au mieux de désobéir aux lois instaurés dans cette ville. Surtout quand ces lois sont décidés par sa ''chef'', lui et les autres membres de la gestion. Se grattant la nuque et remétant bien sa mèche de devant vers la droite (gauche pour vous), baillant bien fort quitte à se faire entendre. Zut, il se devait être discret. Si ça trouvait, il ne restait pas que lui dans la Tour. Quelque fois, et ce n'était pas rare, les personnes travaillant dans cette Tour restait tard le soir.

    * Tien, qui m'a appelé d'ailleurs? *

    Voulant le savoir, il regarda son portable mais celui-ci s'éteignit tout d'un coup. Zut, il avait oublié de recharger sa batterie, comme d'habitude. Se disant que cet appel ne pouvait pas être bien grave, il commença alors à se rendormir, regardant en face de lui, posant son menton sur le rebord gauche du canapé. Devant lui: la tour du comité de sécurité. C'était là que travaillait aussi son frère jumeau, en y pensant cela faisait un certain temps qu'il n'était pas sorti ensembles pour s'amuser. Kyle est trop obsédé par ce qu'il fait, se dit Jayce en soupirant. Puis, il fut éveillé par quelque chose: La lumière de la salle de conseil de la Tour d'en face s'alluma. Quelqu'un venait de s'y rendre, surement pour faire il ne savait quoi. Se levant brusquement, il alla vers les fenêtres en verre qui se trouvait en face de lui, fixant la tour d'à côté. Celles-ci se trouvaient d'ailleurs l'une à côté de l'autre, et ainsi les membres du comité & du conseil pouvait discuter de tout et de rien, ou alors carrément se disputer. Voulant savoir qui se trouvait encore là chez la Sécurité, même si ses soupçons étaient plus tournés vers Eliade ou Herman, étant donné que ces deux là surveilles plus la Tour et la ville que n'importe qui. Quand à son frère, lui s'en va toujours après s'être occupé du couvre-feu avec la Death Clock. Ouvrant la fenêtre qui faisait presque deux mètres de longueur, il commença à crier vers la Tour d'en face. Rien. C'était comme si personne n'avait entendu. En même temps, la pièce où se trouvait Jayce n'était éclairé que grâce à la lueur de la lune ou des éclairages des deux Tour. Impossible pour ceux d'en face de savoir s'il y'a quelqu'un dans la pièce ou pas. Le mieux était d'allumer la lumière: ce qu'il fit. Il alluma la lumière de la salle de conseil et en profita pour prendre l'un des tiroirs de la ''Reine'', là où elle rangeait le matériel comme les agrafeuses, stylos, colles, etc. Tant pis, elle n'est peut être pas là, il ne se fera pas engueulé. Posant tout ça à côté de lui, il commença par prendre un ruban de scotch. Levant son bras bien haut, il jeta de toute ses forces le scotch vers la Tour du comité: Boum ! Un grand bruit résonna pendant deux secondes, puis disparu avec le scotch qui atteignit le sol en bas, en un temps record. Zut ! Il avait levé son bras trop haut et ça atteignit quatre fenêtres plus hautes. Ne se résignant pas à abandonner, il se dépêcha avant que la personne en face ne parte: Il voulait embêter quelqu'un ce matin là (bah oui il est minuit passé quand même). Hop ! Il prit le stylo presque ''fétiche'' de Rin et le lança plus fort par rapport au premier lançé, et un peu plus bas. Raté, le stylo ne fit même pas un bruit en atteignant la vitre. Il recommença avec un classeur, qui ne fit même pas la moitié du chemin entre les deux tours et laissa échapper une multitude de feuille.

    '' Rhaaa ! Mais quand va t-il donc me remarquer celui-là ?! ''

    Puis il recommença avec un tube de colle, puis un autre et finit par réussir à taper en plein dans la vitre de la salle de conseil. Un long silence, Jayce regarda en bas pour s'apercevoir qu'il avait laissé du beau bordel en bas. Rigolant comme un enfant, il attendit une réponse de la part du comité de sécurité. il devait bien y avoir quelqu'un là bas pour que les lumières soient allumés. Oups, en y pensant il venait de fissurer la vitre d'en face. Tant pis.. Personne ne le remarquera. Ou du moins il l'espère.


Dernière édition par Jayce Mayer le Dim 24 Oct - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'Admin & Le Cavalier Noir
avatar
Moi, je suis L'Admin & Le Cavalier Noir.

Féminin ■ Messages : 298
■ Age : 24
■ Localisation : Euh, là ?
■ Humeur : Confuse
■ Citation : « Ce n'est pas comme si c'était de ma faute... »


Et en plus !
Jumeau/Jumelle: Alistar Maes
Etablissement: Suomus
Moi, ce que j'aime c'est:

MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Dim 24 Oct - 10:44

    Parfait. Oui c'est cela : Parfait. Cela faisait bien une heure qu'elle déambulait sans but pré... En surveillant le quartier, et elle n'avait encore croisé personne. Elle se félicitait de cette réussite totale. Depuis qu'elle avait pendu une récidiviste par les pieds, à la fenêtre de la salle de réunion, les étudiants se tenaient tranquille. Pour combien de temps ? Il est vrai qu'après chacune des ses interventions, les règles étaient respectées avec ferveur, ce qui n'était pas déplaisant. Mais quand il se passait une semaine sans qu'elle intervienne, ça recommençait de plus belle. Et alors elle intervenait, etc etc.

    C'était essoufflant. Ils ne comprenaient rien à rien. Mais bon. Ce soir là, il n'y avait as une âme vivante dans la ville. Joie ! Elle avait couvert le quartier scolaire par les toits, et avait rapidement vérifié le Quartier résidentiel. Tout cela, en même pas 2h. Et oui, le soleil se couchant assez tôt, Kyle avait dû avancer l'heure du couvre-feu. Souvent, quand l'heure est avancé, il y a pas mal d'élèves qui restent dehors après, mais se n'était pas le cas pour ce soir là.

    Emmitouflée dans son large manteau, elle se fondait parfaitement dans le décor. Cela dit, elle avait un peu froid au jambe. Elle avait commencé sa ronde directement après la réunion qui s'était tenue aujourd'hui, et n'avait donc pas pu changer d'uniforme. Et sa jupe étant très courte, et malgré la paire de collant en laine qu'elle portait, elle sentait le froid prendre ses chambres. Et lâchait un "atchoum" qui foutait en l'air sa superbe technique de camouflage.

    Il était quoi ? Minuit ? Personne ne semblait être dans la ville, elle avait donc décidé de prendre une pose. Une fois n'est pas coutume. Elle était flattée par l'efficacité de ses services, et n'avait lus qu'à attendre le lendemain pour s'en vanter. Huhu. Cela dit, elle redoutait tout de même avoir à faire son rapport. Pour quoi ? Et bien, les hommes sont majoritaires dans ce ****** de Comité. Rien qu'à l'idée de devoir adresser la parole à l'un d'eux et elle se sentait mal. Peut être qu'elle pourrait demander à Kairu de la remplacer... Moef, crédibilité Zéro.

    Descendant de la aubette de bus où elle se trouvait, elle pénétra dans le grand centre commercial, par la porte de service. C'est tout de suite moins classe, mais les grandes portes sont fermées.Elle arriva devant la porte de sa tour. Peut être que la porte serait fermée. C'est peu probable, cet abruti de Herman n'en a rien à cirer, il aura encore oublié de fermer la porte. C'est pas croyable. Ce serait la honte si ça venait à se faire savoir. Encore heureux que la tour soit inaccessible par les Etudiants. Herman sait être persuasifs, c'est déjà ça. Quand ce n'est pas Len qui perds les pédales.

    C'est pas sérieux tout ça. Comment bien faire son boulot dans ces conditions. Serrant un peu plus fort son sabre, Eliade rêvait d'un jour pouvoir les étriper et les rendre parfait. Mais ce ne sera pas demain la vieille qu'elle pourra le faire. Elle est déjà incapable de le parler.

    Plutôt que de prendre l'ascenseur, elle choisit les escaliers, et après une longue marche ponctuée par des soupirs, elle arriva enfin en haut. Personne, ce n'était pas surprenant. Elle retira son épais manteau, et posa son sabre dans le porte-parapluie, avant d'allumer la lumière dans la grand salle. Elle rangea les quelques dossiers qui traînaient, passa un peu de balai avant de s'asseoir pour souffler un peu.

    Elle était presque endormie quand un bruit d'impact la réveilla. Affolée, elle ne vit cependant rien dans la pièce qui aurait pu provoquer ce bruit. Bah, elle aura rêvé. Elle soupira à nouveau et bang. Encore une fois ?! Elle n'avait donc pas rêvé ? Affolée, elle se leva en sursaut et se jeta sur son sabre. Qui pouvait lui en vouloir ? Elle aurait mieux fait de se méfier, on l'aura surement suivit pendant sa ronde pour l'attaquer quand elle aurait relâché sa garde. Elle rampa jusqu'à la fenêtre, se glissa sur le côté pour apercevoir l'auteur de cette attaque injustifiée sur sa personne. Elle leva les yeux à travers la vitre et...

    Oh ! Ce n'était que l'abruti de frère de Kyle. Elle lâcha un long soupir de soulagement. Cet idiot était trop bête pour lui en vouloir personnellement, ce n'était une fausse alerte. Elle se releva, prête à lui hurler toutes les saloperies possibles, pour lui montrer son mécontentement, et ouvra la fenêtre. Et... Tiens, pourquoi la vitre est abîmée ? Elle ne l'était pourtant pas tout à l'heure. Un impact pareil, elle l'aurait vu...

    ...

« ABRUTI ! Comment as-tu osé détériorer les biens publics, tu ne perds rien pour attendre, Sombre Crétin !!! Tu n'as pas idée de la peur que tu m'as faite ! »

    Hors d'elle pour un si petit écart, elle attrapa la première chose qui lui tomba sous la main et le balança dans l'air, direction la fenêtre d'en face.

    Ho une chaise volante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Moi, je suis Invité.



MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Dim 24 Oct - 11:40

    Tien, une petite tête qui ne lui est familière fait ouvrir la fenêtre d'en face. Oui, cette fenêtre qu'il a soigneusement fissuré sans faire exprès. C'est alors que Jayce reconnu cette tête: C'était la tête brune (ou châtain foncé?) d'Eliade. Entre autre celle qui est prêt à vous sauter dessus si l'on obéit pas aux règles instaurés par le conseil et le comité. En tout les cas, elle, avait bien vu cette fissure sur la vitre, et avait même mit très peu de temps à tilter que c'était lui qui l'avait provoqué, cette sorte de fissure.

    « ABRUTI ! Comment as-tu osé détériorer les biens publics, tu ne perds rien pour attendre, Sombre Crétin !!! Tu n'as pas idée de la peur que tu m'as faite ! »

    Ho oui, que c'était bon d'énerver Eliade ! Surtout que c'était bien l'une des seules à s'énerver directement pour un rien. Jayce avait donc profité d'être éloigné d'elle, pour une fois, et de pouvoir éviter de se prendre le bout de son katana dans la figure; Il lui était déjà arrivé de se couper en voulant essayer son katana, autant dire qu'après il s'en était reçu plein la figure. Tout joyeux de la voir s'exciter, il lui tira la langue puis regratta son geste quand il l'a vit s'éclipser et revenir en un rien de temps avec un objet non identifié dans les mains. Le jeune homme eu juste le temps de fermer la fenêtre et se baisser en tombant sur ses genoux, protégeant sa tête avec ses bras, qu'un violent bruit de vitre cassé ce fut entendre dans toute la pièce et sans doute dans un rayon d'un kilomètre autour des deux tours. Puis un long silence. Jayce sentit comme des bouts de verres tomber dans la capuche de son sweat, et il se releva alors brusquement pour se mettre à gigoter dans tout les sens, traitant Eliade de sombre idiote. En effet, il était recouvert de bout de verre, dû à la vitre qui venait de se casser. Il avait fait une fissure à la vitre du comité de sécurité, mais la très chère Eli' avait fait bien pire: Elle avait lancé une chaise qui a littéralement cassé la vitre de la fenêtre où se trouvait Jayce. Heureusement, il n'avait rien de cassé, mais si quelqu'un voyait ce désastre.

    '' Whaa ! Alors là bravo ! Tu as carrément cassé la vitre ! ''


    Jayce était revenu un court instant vers la fenêtre qui n'avait pas besoin de se rouvrir, pour apercevoir Eliade toujours là-bas. C'est bon, ils étaient foutus, mais peu importe, le roux s'en fichait complètement et trouvait même la situation assez amusante, sachant qu'elle allait surement devoir faire affaire avec Rin. Et autant dire que si il y'a dégradation de matériel, c'est pratiquement la mort assuré. En tout cas, il fallait enlevé cette foutue chaise, se trouvant joliment posé sur la table de réunion, accompagné de bout de verres ayant était allé plus loin que jusqu'à la capuche du jeune homme. Celle-ci se dépêcha de prendre la chaise, même si il n'y'avait pas urgence et se pencha devant la fenêtre pour mettre la chaise tendu en l'air. Avec un air idiot, il lâcha à la jeune fille en face de lui:

    '' Allez, maintenant viens chercher la chaichaise~ ''

    Non non. Il n'allait quand même pas la lancer jusqu'à la Tour d'en face, sachant qu'il n'a pas assez de force et qu'il n'arriverait donc pas à la lançer jusqu'à Eliade. Ha. Trop tards, il vient de lancer l'objet volant non identifié. Sauf que celui-ci baissa en puissance et arriva à quelques centimètres plus bas que là où se trouvait son ''amie''. Boum ! Bruit de ma chaise touchant la fenêtre plus basse, et re-bruit de la chaise touchant le sol et perdant une jambe. Jayce ce dit que sauter de là était vraiment du suicide. Faisant un air désolé à Eliade, car il avait raté son lançé il se demanda si celle-ci n'avait pas plus de force que lui pour lancer des chaises au loin. En tout les cas, elle n'avait plus qu'à venir laver les bouts de verres, car il était prêt à les laisser là et dire à Rin le lendemain que c'était de sa faute pour la vitre cassé. Quel vilain, mais lui aussi courrait un grand risque.
Revenir en haut Aller en bas
L'Admin & Le Cavalier Noir
avatar
Moi, je suis L'Admin & Le Cavalier Noir.

Féminin ■ Messages : 298
■ Age : 24
■ Localisation : Euh, là ?
■ Humeur : Confuse
■ Citation : « Ce n'est pas comme si c'était de ma faute... »


Et en plus !
Jumeau/Jumelle: Alistar Maes
Etablissement: Suomus
Moi, ce que j'aime c'est:

MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Dim 24 Oct - 16:04

    Sa fierté avait été jusqu'alors de ne jamais se considérer comme les autres. C'est à dire qu'il y a toujours une bonne raison pour ses sautes d'humeurs, et qu'ainsi, ses dégradations étaient justifiées. Jusque là, elle n'avait donc encore jamais été blâmée. Quoi de plus normal pour un cavalier de son standing. Son travail est si parfait. Alors quoi ? Briser la vitre d'en face allait changer quelques choses ? Que nenni.

    S'il y a bien un lieu qui ne tombe pas sous sa juridiction, c'est bien la tour d'en face. Ce qui s'y passe, elle s'en fout. Et tous les incidents qui s'y déroule ne la concerne pas. Aussi, briser la vitre ne la concerne pas le moins du monde. Il devrait savoir cela le pauvre. C'est lui qui va en faire les frais, pas elle.

    Aussi, quand Môsieur réapparu, en constatant les dégâts, en la mêlant à cette mascarade, elle ne pu s'empêcher de se moquer de lui.

« Fichtre, c'est toi que je visais, j'ai perdu la main... Ou alors c'est toi qui est nain ! »

    Bon okay, visiblement, la fenêtre, elle en a rien à foutre. Et Jayce ne l'intéresse pas plus. Ce type est aussi baraqué qu'une crevette, il ne lui arrive hélas pas à la cheville. Ce n'est pas difficile de se faire une idée sur ce tire-au-flan... Alors quand elle le vit brandir la chaise, elle manqua de s’étouffer de rire.

'' Allez, maintenant viens chercher la chaichaise~ ''
« Tu serais même pas assez fou pour le faire ! »

    Il est quasiment inconcevable qu'il parvienne à la jeter jusqu'à elle. Elle même avait eut besoin de pas mal d'élan pour y arriver. Elle se précipita au bord de la fenêtre, tendant les bras dans le vide pour rattraper la chaise qui progressivement perdit en vitesse pour s'écraser sur le toit du centre commerciale, loupant de peu le bout des doigts d'Eliade.

    Il y avait donc une rectification à faire. Ce type était assez barge pour jeter une chaise. Et puis mince, elel est cavalier ! Il est quoi lui, Fou ? Oui oui, il est fou, oui, malade mental si vous préférez.

    Muette, elle regardait le sol... C'était SA chaise.

« Toi... »

    La colère était au rendez-vous ! Ouh la jolie aura meurtrière ! Fuis Petit Fou, Fuis Fuis ! La raison l'avait maintenant quitté. On venant de casser et de lancer SA chaise. Il n'y a qu'elle qui ait le droit de bousiller des vitres, de lancer des chaises. Elle et elle seule. Et en plus, un crétin de blanc oserait toucher ses affaires. C'en est trop.

    Elle tira son sabre hors de son fourreau, et le lança à quelques centimètres du visage du garçon. Elle avait donc décidé de sortir le grand jeu ?

« Mayer Jayce, au nom du pouvoir qu'on m'a donné, je suis dans l'obligation de vous arrêter, pour dégradation de bien appartenant au comité de Sécurité... »

    ... Euh, tu n'aurais pas, pas hasard, défoncé la vitre du Conseil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Moi, je suis Invité.



MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Dim 24 Oct - 16:50

    « Toi... »

    Oops. Jayce mit sa main devant sa buche en faisant un air faussement désolé, ricanant dans un coin. Sauf qu'il ne rigola plus quand il sentit à nouveau un objet volant arriver droit sur lui. Ce n'était pas une chaise cette fois, mais plutôt un sabre à la lame bien tranchante qui s'arrêta droit dans sa course à quelques centimètres de son visage, se frottant à sa joue droite et partant vers le mur du fond de la salle. Bam ! Le sabre resta planté dans le mur, si celui-ci avait touché Jayce en plein visage qui sait combien de chirurgie esthétique il aurait dû faire jusqu'à ressembler enfin à une personne normale. Une goutte de sueur déferla sur le visage du jeune homme, il avait vraiment eu chaud:

    « Mayer Jayce, au nom du pouvoir qu'on m'a donné, je suis dans l'obligation de vous arrêter, pour dégradation de bien appartenant au comité de Sécurité... »

    Dégradation? Juste des fenêtres fissurés et une chaise cassé, rien de bien grave par rapport à la vitre totalement cassé du conseil de gestion. S'accoudant sur le rebord de la fenêtre, il commença alors à crier sans trop avoir peur de se recevoir à nouveau un OVNI dans la figure:

    '' Je te ferais signaler, Eliade Maes, que tu as failli me tuer, là, maintenant, tout de suite ! ''


    Il fit une mine boudeur, puis comme signe qu'il ne ce laisserait pas attrapé par une cavalière et qui plus est une ''fille'', il partit reprendre le sabre qu'elle lui avait lancé à la figure. Après avoir usé de toute sa force pour sortir la lame du mur, il contempla le petit trou que celle-ci avait formé: Génial, les autres vont se poser des questions, pensa Jayce en repartant vers la vitre. Toujours en face d'elle, il l'a regarda en tendant l'arme comme il avait fait avec la chaise. Cette fille ne ressemble pas du tout à sa sœur, il s'entend même mieux avec qu'avec cette vieille folle prête à le tuer pour presque rien. Vraiment, il n'avait jamais eu une très bonne relation tout les deux, Sayle cherchant à embêter Eli et celle-ci ne désirant qu'une chose c'est le tailladé en cubes de bouillon de porc. S'amusant à faire danser le sabre, il cherchait à énerver encore plus la jeune fille. Celle-ci était après tout trop éloignée pour pouvoir l'attraper, et à moins d'essayer de sauter par la fenêtre jusqu'à la sienne, elle n'était pas capable de venir le chercher. Sauf.. Si elle ce décide à se bouger pour aller dans la Tour où se trouvait en ce moment Say'.. Et alors là, il était mort. Après un long moment à ignorer Eliade, il finit par lui lancer:

    '' Bon, je te rends ton sabre. Mais après, jure moi que tu ne m'arrêtera pas ! Ok, ok? "

    Avait t-il terminé avec un accent très américain. Sur-ce, il commença à pencher d'avant en arrière l'arme très coupante, puis en l'a lançant de toute ses forces jusqu'à Eliade, il se coupa la main pendant qu'il lui envoyé le sabre. Aie, lâcha t-il. Merde, lâcha t-il peu de temps après. En effet, le sabre qu'il venait de lancé ne fit même pas plus de chemin que la chaise de tout à l'heure et tomba droit sur ;le sol dans un vacarme et un bruit de lame assourdissant. Long silence, Sayle resta là avec de grands yeux. C'est bon, il est foutu de chez foutu.
Revenir en haut Aller en bas
L'Admin & Le Cavalier Noir
avatar
Moi, je suis L'Admin & Le Cavalier Noir.

Féminin ■ Messages : 298
■ Age : 24
■ Localisation : Euh, là ?
■ Humeur : Confuse
■ Citation : « Ce n'est pas comme si c'était de ma faute... »


Et en plus !
Jumeau/Jumelle: Alistar Maes
Etablissement: Suomus
Moi, ce que j'aime c'est:

MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Mar 26 Oct - 9:36

    Elle n'avait en fait pas prévu l'éventualité qu'il puisse avoir assez de sang froid pour s'en remettre si vite. La plupart du temps, les gens sont légumisés et ne sont donc plus source de problèmes. Mais lui, elle l'avait mal calculé. Il devait encore y avoir quelques neurones opérationnels dans le paquet. C'est pas faute d'avoir essayer de tous les détruire. Il fallait qu'elle revoit son jugement sur Jayce. Enfin un peu, pas beaucoup... UN CHOUYA.

    Ce sabre, même si elle l'avait eu gratos, elle l'aimait bien. Il était fort utile pour effrayer les gens, et s'effrayer soit même. C'était comme une relique... Alors qu'un manant le prenne et le brandisse. Ca la mettait hors d'elle. Oh pardon, elle l'est déjà ! Bigre !

    Elle suivait la lame des yeux, suivant chacun de ses mouvements, prête à se jeter dans le vide pour aller la récupérer. Elle s'était même installé sur le rebord de la vitre, comme si allait fondre sur sa proie, tel un rapace charognard qui désire se nourrir de la chaire d'un truc mort (belle métaphore n'est-ce pas 8D). Bon bien sur c'est dur de rester en équilibre sur une si petite surface, ellel était ultra concentrée et n'arrivait même pas à prononcer un mot. Toutes ces pensées étaient centrées sur "ne tombe pas ne tombe pas ne tombe pas ne tombe pas". Si bien qu'elle n'a pas tilté tout de suite en entendant Jayce :

'' Bon, je te rends ton sabre. Mais après, jure moi que tu ne m'arrêtera pas ! Ok, ok? "

    A peine l'information était-elle montée au cerveau qu'elle se mit à crier:

« NON ! Ne le lance p... »

    Trop tard. Il l'avait lancé, et la lama tomba dans un bruit assourdissant de fer qui se brise. Elle n'osait ps regarder en bas. Elle se doutait bien que la lame s'était brisée. Mais elle n'osait pas regarder, et fixait l'américain avec un regard surpris. Combien de minutes avait passé ? Deux, Cinq, Dix ? Finalement, elle baissa le regard, et à quelques pas de sa chaise, des débris de lame gisait sur le sol.

    Elle descendit de la fenêtre, et en silence, elle la ferma. Elle pris bien soin de la verrouiller, puis alla chercher son manteau, qu'elle enfila d'une traite. Elle n'avait encore rien dit, même pas à l'adresse de Jayce Mayer. Elle rangea vite fait la salle, éteignit la lumière, descendit par l'ascenseur. Elle ferma doucement la porte, pour ne faire aucun bruit. Puis se dirigea vers une autre porte.

    A quelques mètre de là se trouvait en effet l'entrée de l'autre tour. Celle où se trouve en ce moment une certaine personne. Ouvrir la porte ? Pff voyons, c'est si banal, pour avoir un effet théâtrale, il faut la défoncer... Ah bah c'est fait. Dans un grand craquement, la porte s'affaissa sur le sol. Oh, elle n'était même pas fermée à clé. Bah, c'est pas grave voyons...

    Elle arriva finalement dans la salle d'attente. Ah, vous vous demander peut être dans qu'elle état d'esprit elle se trouve ? Hum pas difficile à deviner. Quoi ? En colère ? Mais pas du tout. Non, non, en ce moment elle est ...

    En larme.

    Elle poussa la porte et arrive dans une salle en bordel, avec des trous dans le mur, une vitre cassée et du verre partout. Ah oui, il y a aussi le type qui vient de bousiller son sabre. Elle larme, elle s'arrêta à l'entrée et articula tant bien que mal, entre deux sanglots :

« Mon saaaabre... Pourquoi tu l'as lancé... »

    Elle se laissa tomber à genoux, et essuya son visage avec ses manches, continuant à pleurer. Déconcertant, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Moi, je suis Invité.



MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Mer 27 Oct - 10:52

    C'est dans un grand silence, presque alarmant pour Jayce, que Eliade se décida à partir enfin de sa la fenêtre et sortir de la salle de réunion où elle se trouvait. Au début, il cru qu'elle allait partir, étant donné qu'elle avait prit un air calme depuis que son sabre avait été.. défoncé? Oui c'est l'exact mot. La lame avait été coupé en plusieurs petits bouts, ou plutôt cassés. À cet instant, le jeune Americain commença à regretter son geste. Et encore plus quand il entendu un violent bruit de porte tombant au sol, un peu plus bas de là où il se trouvait. Oh mon dieu ! C'est bon ! Il était foutu, elle allait venir le chercher ! Commençant à trembler à l'idée de l'entendre arriver, ses pas se faisant très bien entendre dans toute la Tour, il commença à fermer la porte sans réussir à avoir le temps de la fermer: En effet, elle allait vite la petite et à peine il eu le temps de prendre la clé pour fermer la pièce qu'il entendit la cavalière dans le couloir, arriver jusqu'à lui. Il eu juste le temps de prendre un objet dans la boite qu'il avait prit quelques temps auparavant, puis se cacha derrière le canapé. Il la vit alors rentrer, ne faisant pas attention au fait qu'elle soit en pleure et qu'elle soit à présent à genoux au sol, il sortit de sa cachette et cria en tendant l'objet prit vers celle-ci:

    '' Fait un pas de plus et je n'hésiterai pas à me servir de ce .. ''


    Jayce prit un temps de pause pour regarder ce qui se trouvait dans ses mains, et lâcha tout bas, une goutte de sueur déferlant sur son front:

    '' .. ce.. Pot de colle ... ? .. ? .. ''


    Il fit tomber alors le peau de colle, et commença à prendre une position de défense contre Eliade: c'est à dire les bras sur le visage et la jambe droite relevé pour rejeter la jeune fille avec celle-ci si jamais elle se décide à foncer sur lui. Après un long moment à répéter qu'il était désolé, qu'il ne voulait pas mourir, ou qu'il voulait en parler, il s'arrêta brusquement. Elle ne fonçait pas sur lui, elle n'avait même dit aucuns mots. Alors il la regarda, couchée au sol et remarqua de petites larmes couler à ses joues. Autant dire que Jayce n'a pas de pitié. Au lieu de se calmer et s'agenouiller prêt de la jeune fille, il sortit alors un carnet de note imaginaire et nota dans sa tête que le point faible de la jeune fille était de casser des objets qui lui était cher. Rien à cœur joie, il commença à narguer Eli' en lui disant qu'elle n'avait qu'a pas lui jeter ce sabre à la figure, et qu'il s'en était prit plein la capuche. De la pitié? D'habitude il en avait, mais pour quelqu'un qui avait tenté de le tuer, il n'en avait pas. Tapotant avec un peu d'hésitation la tête de la cavalière, il lui dit adore, sachant le danger écarté:

    '' Allez, arrête de pleurer ! C'est qu'un sabre, tu t'en achèteras bien un autre ! ''

    Sauf que Jayce n'avait toujours pas compris qu'elle y tenait à cet arme. Lui, Jayce, n'a jamais vraiment tenu à un objet. Il est même du genre à les casser au bout d'une semaine ses affaires. Il n'est pas très soigneux. La seule chose qu'il tient c'est son frère.
Revenir en haut Aller en bas
L'Admin & Le Cavalier Noir
avatar
Moi, je suis L'Admin & Le Cavalier Noir.

Féminin ■ Messages : 298
■ Age : 24
■ Localisation : Euh, là ?
■ Humeur : Confuse
■ Citation : « Ce n'est pas comme si c'était de ma faute... »


Et en plus !
Jumeau/Jumelle: Alistar Maes
Etablissement: Suomus
Moi, ce que j'aime c'est:

MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   Mer 3 Nov - 10:39

    Elle n'avait pas fait attention aux remarques qui d'ordinaire l'aurait vexée, elle était trop occupée à pleurnicher pour le bout de métal qui s'était brisé 20 mètre plus bas. Elle serrait les points, pensant à une petite vengeance. Si elle ne pouvait pas le tuer, elle pouvait cependant lui faire peur, et l'envoyer aux portes de l'enfer. C'est d'ailleurs ce qu'elle allait faire. Elle en était venu à haïr ce pauvre type. Il ne s'était pas trouvé au bon moment. Et puis, ça dissuaderait sans doute les autres blancs. Et... Et me*de. Elle avait oublié qu'elle se trouvait dans la tour adverse. Le seul lieu où elle est censée ne pas interagir. Pas de bol.

    Ceci dit, il y a toujours une alternative. Elle n'allait pas le laisser s'en tirer comme ça. Elle allait au moins lui faire peur. AHAHAHA ! Elle en riait d'avance. Enfin, là elle pleurait. Mais après... Quand elle. Enfin vous avez compris !

    Elle sentit une main se poser sur sa tête. C'était... C'était... C'était ABJECT ! Comment ce type pouvait se permettre un geste si lourds de sens. Elle n'avait jamais accordé une autre personne qu'un membre de sa famille le faire. Et lui ! Cet idiot se le permettait ?! Qu'il crève.

'' Allez, arrête de pleurer ! C'est qu'un sabre, tu t'en achèteras bien un autre ! ''

    En effet, ce n'était qu'un sabre, mais c'était un peu plus pour elle. Elle essuya une dernière fois ses larmes, avant de mettre son plan machiavélique en place. Fini la peur, bonjour la mort ! Il était passé en liste noire. Non ! Liste du néant !

    Elle posa sa main sur le torse de l'américain, et dans un sourire narquois, lui fit un magnifique croche-patte pour le faire tomber à terre. Ce qu'elle réussit brillamment d'ailleurs ! Elle aurait tout le temps de se vanter de la perfection de son art après l'avoir tabasser. Elle se releva, et posa un pied sur le ventre de Jayce. Avec tout juste assez d'appui pour le maintenir au sol... Hohoho ! Quelle beauté ! Elle est si parfaite !

    Appuyant un peu plus elle regarda sa victime de haut :

« En effet, ce n'était qu'un sabre... Mais tu vois, j'y tenais énormément... Il a été un compagnon fidèle qui ne m'a jamais trahis. Ce n'est pas le cas de ces pauvres humains dont le but est de se faire plaisir par tous les moyens et... »

    A moins que vous ne vouliez la suite du monologue qui à pour seul but d'en arriver à la conclusion qu'elle est un être parfait et qu'elle ne peut être battu, nous allons faire une avance rapide. Durant son petit monologue, elle changeait la pression qu'avait le pied sur le ventre se sa victime. Plus fort, moins fort. Pour couronner son sublime récital, elle avait prévu d'écraser le ventre du 'démon'. Ce qui l'obligeait à changer de position, un petit peu.

    Une fois arriver donc à la phrase ultime, elle recula sont pied en appui et... Une chose qui n'aurait pas dû être là. Souvenez vous, notre intrépide Fou s'était armé d'un pot de colle, qu'il avait finit par abandonner. Ce dernier avait décidé de prendre place là où Eliade aurait son appui, pour faire son coup puissant. Et lorsque le talon de cette dernière arrive sur l'objet circulaire, cela eut pour effet de ? De lui faire perdre l'équilibre dont elle s'était si souvent vanté !

    Du coup, la fin du récital ressemblait plutôt à :

« Il est vrai que se vanter n'a rien de très loyal, surtout lorsque l'on a conscience de sa force, cependant, quand la perfection est à son summum on ne peut que l'admirer. Et c'est d'ailleurs ce que je vais faire... Je vais... Ouwahoula Aouch »

    Elle tomba à la renverse sur un fauteuil qui traînait là, et s'étala finalement par terre quand celui ci s'écarta du chemin. La chute l'avait complètement mise HS. Elle n'était même plus capable de connaitre son nom... Elle était dans les vapes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Moi, je suis .



MessageSujet: Re: - On veille tards [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

- On veille tards [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville aux Jumeaux  ::  :: → Les Tours d'Argent :: Tour du Conseil de Gestion-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com